APRÈS, C’EST QUAND* ?

C’EST LORSQUE LA FATIGUE A USÉ L’INTÉRÊT DES GAGNANTS – et – LA RÉSISTANCE DES PERDANTS

LORSQUE DES MINORITÉS – EXCLUES SYSTÉMATIQUEMENT DE LA MAJORITÉ – TROUVENT UNE AUTRE OPTION.

APRÈS, C’EST QUAND* ?

Le DÉLAI jusqu’au point de bascule peut être éminemment court.
(Ce schéma ne renseigne PAS sur LE CHOIX POLITIQUE de l’auteur)

DANS TOUS LES COURS DE MANAGEMENT DE PROJET, ON APPREND À PLANIFIER DEPUIS LA DATE FINALE ….. EN DIRECTION DU PASSÉ. CE N’EST PAS PAR HASARD.

Souvent les gens se plaignent que la situation « n’évolue pas », ou pas assez vite, ou pas conformément à certains de leurs critères. C’est le signe que l’AMÉLIORATION de la situation est arrivée à son terme, et qu’une cassure (POINT DE BASCULE – actuellement la pandémie mondiale) va apporter une MUTATION. Mais dans combien de temps ?

→ LIRE AUSSI :

C’EST TOUJOURS LA MÊME ARROGANCE DU POUVOIR MAJORITAIRE « EN PLACE « QUI LE FRAGILISE

Il faut savoir qu’il n’EXISTE PAS DE MAJORITÉ. C’est un concept – absolument – faux, mais pratique pour cautionner le pouvoir des ayatollahs qui nous prônent leur système d’apartheid (lire : démocratique). Il n’existe que des MINORITÉS qui par des pactes de gouvernance décident d’imposer à d’autres minorités leurs façons de faire. Quelle autre raison donner à la mode écologique que la faiblesse de l’ancienne coalition « de gauche » ?

En d’autres termes comment – mais surtout sur quels points communs – expliquer que deux partis « hémiplégiques dans leur vision du monde » puissent se mettre d’accord de former une majorité ?

RÉHABILITONS l’option GALILÉE

Les MINORITÉS MINORISÉES (lire : les gens qui ne sont jamais d’aucune coalition « gouvernante » de minorités) sont lasses et choisissent une toute nouvelle proposition. Cela a été le cas pour M. Trump qui a été élu par les personnes qui n’avaient pas trouvé de « représentation » dans l’histoire des solutions offertes par les choix usuels. Dans ma jeunesse, un parti s’appelant « Parti sans laisser d’adresse » avait réalisé un score important, porté par les électeurs (dont les minorités n’avaient jamais été représentées).

Pensez à des partis – qui par le jeu stupide et dangereux des options politiquement correctes – sont systématiquement écartés du pouvoir et des contre-propositions et dites-moi en quoi la démocratie est meilleure (pour eux) que la dictature ?

→ LIRE AUSSI :

→ LIRE AUSSI :

LA PANDÉMIE ? C’EST L’ULTIME CHANCE DE SURVIE DU POUVOIR MAJORITAIRE. IL LUI RESTE TRÈS PEU DE TEMPS POUR :

— Reformuler le rôle de la prise de contrôle par la majorité. Ce contrôle DOIT ÊTRE STRICTEMENT défini tant dans ses champs d’intervention que dans ses possibilités de choix « alternatifs ».

— Reformuler le sens et les moyens d’obtenir (de faire partie et/ou d’exclure) une place dans CETTE MAJORITÉ.

— Reformuler la liberté des MINORITÉS d’obtenir un ticket de sortie du système (ticket d’ÉMANCIPATION) qui est d’ailleurs déjà acquis – PAR DÉFAUT – dans l’Église, le système juridique et la responsabilité parentale.

LA MAJORITÉ Y ARRIVERA-T-ELLE ? À VRAI DIRE, JE N’Y CROIS – HÉLAS – PAS.
(*) J’AI PARIÉ UNE TARTE AUX ABRICOTS – du jardin – QUE LE SYSTÈME SERAIT MÉCONNAISSABLE dans moins de 5 ANS. J’AI PEUR DE M’ÊTRE TROMPÉ. CE SERA BEAUCOUP, BEAUCOUP PLUS COURT.

→ LIRE AUSSI :