ET SI LA PANDÉMIE N’ÉTAIT….

L’HYPOTHÈSE « ÉTONNANTE » de PERSPECTYVES

…… QU’UNE EXPÉRIENCE QUI ÉVALUE LE DEGRÉ D’OBÉISSANCE ?

ET SI LA PANDÉMIE N’ÉTAIT….

Les tensions ont atteint des niveaux inconnus dans les rapports humains.

ET SI LA PANDÉMIE N’ÉTAIT QU’UN TEST D’OBÉISSANCE DE L’HUMANITÉ DEVANT SES AUTORITÉS ?

Si c’était un test au niveau mondial qui permette d’analyser le processus de soumission à l’autorité, de définir les véritables éléments poussant l’humanité à obéir et à maintenir cette obéissance. L’obéissance est un comportement inhérent à la vie en société qui passe par l’abandon du sens de la responsabilité personnelle, cédé au mode de faire, imposé par l’autorité. L’anxiété est la raison majeure de choisir et de se soumettre à cette obéissance. L’expérience de Milgram avait déjà permis de constater un pourcentage d’obéissance d’environ 65 % chez ses sujets.

→ LIRE AUSSI :

QUEL EST LE RÔLE DE LA TENSION ?

Ce que Milgram découvre, c’est que peu importe les Autorités en elles-mêmes. L’individu peut rapidement en changer et les exigences qu’elles ont conçues dans un pays démocratique peuvent amener à des choix politiquement impitoyables qui seront exécutées par l’ensemble de la nation avec la soumission escomptée.

Milgram pense qu’avant tout le plus dangereux est l’obéissance aveugle. Il voit dans le conformisme le principal moteur de l’obéissance et l’impression que cela donne au sujet de faire partie du groupe. Raison pour laquelle – même réduite à sa portion congrue – il reste important, dans le système actuel de la démocratie – que la majorité de ses membres adhère aux buts de l’autorité.

L’OBÉISSANCE EST-ELLE INDISPENSABLE ?

L’homme est par nature un être à la fois social (grégaire) et autonome (individualiste). Lorsque l’homme obéit, il cède une partie de son autonomie, de ses responsabilités et de ses volontés propres.

La tension avec le comportement du groupe (le conformisme) est supportable lorsque le pouvoir (et les choix) de l’autorité n’entrent pas en conflit trop important avec les choix ou l’anxiété personnelle. Lorsque l’individu qui obéit ressent trop de dissension avec sa propre vision, la tension qu’il ressent, sans pouvoir souvent ni la diminuer, ni l’éviter, est le signe précurseur de sa désapprobation à un ordre de l’autorité et le début de la désobéissance.

Mais vient le moment, ou malgré les subterfuges, lorsqu’il n’est plus possible de diminuer cette tension, il désobéit purement et simplement.

→ LIRE AUSSI :

APRÈS LE TEST, VIENT LE TEMPS DU CORRIGÉ

LES HUMAINS DU MONDE ENTIER – se sont laissé diriger par leurs Autorités de façon très étrange et très docile. En fait peut-être que cette conduite n’est ni étrange, ni inconnue sauf à cette échelle. Peut-être devrions-nous, nous poser la question pour laquelle les décisions des Autorités n’ont pas respecté les valeurs humaines en général et pourquoi LES HUMAINS ont obéi.

IL EST TEMPS D’APPRENDRE DE GALILÉE

Que LES HUMAINS DU MONDE ENTIER soient musulmans, drogués, noirs, nazis, vaccinés, riches ou habitants d’un pays au bout du monde, l’ostracisme est le même. Le manque de tolérance pour celui qui ne rentre pas dans les valeurs générales – fondées sur la peur et l’ignorance – et sa mise à mort, remplacent la liberté de vivre sa différence. Ceci n’est pas digne de l’HUMANITÉ.

L’HUMANITÉ n’a rien appris de l’échec de ses décisions et ne peut pas se laisser imposer un choix – quel qu’il soit – par un système majoritaire dont les membres sont à plus de 65 % d’accord de tuer leur prochain (selon les résultats de l’expérience deMilgram).

L’HUMANITÉ ne peut plus se soumettre aveuglément aux choix pris par le monopole de sa seule MAJORITÉ.

LES HUMAINS DU MONDE ENTIER ne peuvent plus se faire imposer des décisions uniques et universelles valables pour tout le monde.

L’HUMANITÉ n’a que peu avancé depuis GALILÉE. Il est temps de changer – radicalement – les outils de prise de décisions.

L’HUMANITÉ doit revoir ses choix et condamner le système démocratique comme unique option.

RÉSULTAT DU TEST : MÉDIOCRE
AVEC UNE NOTE : L’HUMANITÉ A LES MOYENS DE FAIRE BEAUCOUP MIEUX.

→ LIRE AUSSI :